Le respect du locataire aux règles de la maison

Qu’il s’agisse de faire un barbecue sur le balcon ou de ranger les sacs poubelles dans le couloir, les propriétaires peuvent interdire certaines choses dans le règlement intérieur. Mais il y a aussi, des limites. Ce que les propriétaires peuvent et ne peuvent pas exiger de leurs locataires.

Avec le règlement intérieur, les propriétaires peuvent réglementer la cohabitation dans l’immeuble et imposer certaines obligations à leurs locataires. Par exemple, comment et quand les locataires peuvent utiliser les salles communes ou quand les périodes de repos s’appliquent. En outre, certaines tâches, comme le nettoyage régulier de l’escalier ou les services d’hiver, peuvent être transférées au locataire. Toutefois, les propriétaires doivent, également, tenir compte de certains éléments s’ils veulent établir un règlement intérieur.

Selon le règlement intérieur, les propriétaires peuvent transférer une partie du travail au locataire. Cependant, ils ne peuvent pas tout exiger.

Règlement intérieur : affichage dans le couloir ou partie du contrat de location

Fondamentalement, il joue un rôle important, que le règlement intérieur fasse partie du contrat de location ou qu’il soit simplement un avis dans la cage d’escalier :

  • Si le propriétaire veut imposer certains travaux à son locataire, comme pelleter la neige, balayer la cour ou nettoyer l’escalier, le règlement intérieur doit être un élément obligatoire du contrat de location. Cela signifie que le règlement intérieur doit soit être une annexe au contrat de location, soit être mentionné dans le contrat de location.
  • Rédiger un contrat de bail individuel, désormais, gratuit après présentation d’un avocat spécialisé en droit du bail.
  • Si le règlement intérieur n’est qu’un avis dans le couloir ou s’il est remis au locataire séparément du contrat de location, aucune tâche et aucun devoir ne peuvent y être imposés au locataire au-delà de ses obligations légales ou contractuelles. Le règlement intérieur ne peut, alors, contenir que des « règlements », tels que des règles concernant l’utilisation des salles communes, les heures de fermeture de la porte d’entrée ou des règles concernant les périodes de repos. Bien entendu, le règlement ne doit pas, cependant, restreindre les droits personnels du locataire ni violer le droit applicable.

Les propriétaires peuvent réglementer ces points dans le règlement intérieur

Aucune loi n’oblige les propriétaires à établir un règlement intérieur. C’est pourquoi il n’existe pas non plus de formulaires standards. Les points suivants peuvent être réglementés dans le règlement intérieur :

Les périodes de repos

Vous jouez de la trompette 24 heures sur 24 ? Cela n’est pas possible, les propriétaires peuvent réglementer les périodes de repos dans le règlement intérieur.

Des notes sur les périodes de repos légales dans la maison font partie de presque tous les règlements de la maison. Le repos nocturne se situe entre 22 et 6 heures. Le repos de midi n’est plus réglementé au niveau national, mais peut être programmé entre 12 et 15 heures. Ces périodes de repos ne doivent pas être spécifiquement mentionnées dans le contrat de location. Car avec ces règlements, le propriétaire n’exige que ce qui est, également, écrit dans la loi et ce que le locataire doit de toute façon respecter.

Utilisation des salles communes

Si les locataires partagent certaines pièces, telles que la buanderie ou le grenier, il est conseillé de réglementer les droits et obligations des locataires à cet égard, dans le règlement intérieur. Les propriétaires peuvent, par exemple, préciser les heures auxquelles les locataires peuvent utiliser les machines à laver communes ou l’espace que chaque locataire est autorisé à utiliser pour sécher son linge. Ces règles ne doivent pas nécessairement être mentionnées, dans le contrat de location.

Règles pour le jardin communautaire

Couper les haies ou désherber, pour que le locataire puisse le faire, ces tâches doivent, également, faire partie du contrat de location.

Si la maison de rapport comprend un jardin communautaire, le règlement intérieur doit préciser ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas dans le jardin. Par exemple, il peut être réglementé si et quand les locataires sont autorisés à installer des chaises longues, des pots de fleurs et d’autres meubles ou s’ils sont autorisés à cultiver des légumes. Ces règles ne doivent pas être mentionnées dans le contrat de location. Toutefois, si le propriétaire veut que ses locataires s’occupent du jardin, c’est-à-dire qu’ils tondent la pelouse, ratissent les feuilles ou arrachent les mauvaises herbes, ces tâches doivent, également, faire partie du contrat de location.

Cas particulier des crickets : il n’existe pas de juridiction uniforme sur le sujet populaire et controversé des barbecues. En principe, il est permis de faire un barbecue sur le balcon, la terrasse ou dans le jardin. Toutefois, les propriétaires peuvent interdire ou limiter le barbecue dans le contrat de location et ensuite, dans le règlement intérieur.

Dans cet article, l’auteur a résumé les droits dont disposent les locataires s’ils veulent faire des grillades sur le balcon.

Sécurité des maisons

Il est essentiel que le règlement intérieur couvre, également, les aspects de sécurité. Par exemple, les propriétaires peuvent fixer des heures de fermeture de la porte d’entrée ou stipuler que les voies d’évacuation ne doivent pas être obstruées. Il peut, également, être interdit de stocker des substances dangereuses dans le parking souterrain. Ces règles s’appliquent même si elles ne font pas partie du contrat de location.

Tâches de nettoyage, balayage des feuilles et déneigement

Si le locataire doit effectuer des travaux tels que le ratissage des feuilles, le règlement intérieur doit faire partie du contrat de location.

Les propriétaires doivent, également, se référer au respect général de l’ordre dans le règlement intérieur. Par exemple, il peut être interdit aux locataires de déposer des ordures devant la porte de l’appartement.

Par le biais du règlement intérieur, les propriétaires peuvent, également, imposer à leurs locataires des travaux dans et autour de la maison. Cela comprend le déneigement, le balayage des feuilles ou le nettoyage hebdomadaire de l’escalier. Toutefois, si le propriétaire veut que ses locataires s’acquittent de ces tâches, le règlement intérieur doit faire partie intégrante du contrat de location. Dans le cas contraire, le locataire n’est pas tenu de s’acquitter de ces tâches.

Important : le propriétaire ne peut, toutefois, pas imposer à ses locataires des travaux qui violent le droit applicable ou qui sont disproportionnés. Par exemple, le propriétaire ne peut pas exiger du locataire qu’il peigne la façade de la maison une fois par an ou qu’il renouvelle les carreaux du couloir.

Le règlement intérieur ne devrait pas que imposer

En général, le règlement intérieur ne doit pas enfreindre le droit applicable ni restreindre les droits personnels du locataire. Par exemple, le propriétaire ne peut, généralement, pas interdire à ses locataires de jouer de la musique dans l’appartement. L’élevage d’animaux ne peut pas non plus être interdit en principe.

Autres interdictions et réglementations avec lesquelles les propriétaires ont eu, par le passé, de la malchance au tribunal :

  • Les bruits normaux de la salle de séjour, y compris le bruit des machines à laver, doivent généralement être tolérés.
  • Pas de visite
  • Interdiction du bruit pour les enfants
  • Interdiction générale de se baigner et de se doucher après 22 heures
  • Interdiction des poussettes dans le couloir
  • Interdiction de passer la nuit chez les visiteurs du locataire
  • Contrôle de la température ambiante dans l’appartement

Les propriétaires trouvent, également, problématique de prévoir dans le règlement intérieur si une machine à laver peut être utilisée dans l’appartement ou à quel moment elle peut être mise en marche. Selon l’opinion prédominante des tribunaux, les bruits résidentiels normaux, y compris les bruits des machines à laver et des séchoirs, doivent être acceptés par les autres résidents. Un sénat civil du tribunal régional supérieur de Cologne a décidé que les machines à laver peuvent, également, fonctionner le dimanche. Cependant, les machines ne devaient pas fonctionner pendant la nuit (22 heures à 6 heures).

Quand et comment les propriétaires peuvent modifier le règlement intérieur ?

Si le règlement intérieur fait partie du contrat de location, il ne peut pas être modifié, aussi, facilement par le propriétaire. Le locataire doit, d’abord, donner son accord.

Toutefois, si le règlement intérieur ne fait pas partie du contrat de location, le propriétaire peut y apporter des modifications unilatérales. Toutefois, ces changements peuvent n’avoir qu’un caractère d’ordre, si, par exemple, une buanderie ou une cave à vélos est installée ultérieurement dans la maison, le propriétaire peut également, par la suite, établir des règlements pour ces pièces dans le règlement intérieur.