Quels frais sur la vente de son bien ?

Qui dit vente d’une maison ou d’un appartement dit des frais annexes qui seront à votre charge ! Frais de diagnostics immobiliers, frais d’agences, impôts et taxes, charges de copropriétés… tous ces frais sont à prendre en considération si vous souhaitez vendre un bien immobilier.

Les frais liés aux diagnostics immobiliers

Comme certains diagnostics immobiliers sont obligatoires pour vendre une maison ou un appartement, les frais qui y sont liés sont eux aussi obligatoires. Eh oui, la réalisation des diagnostics obligatoires est bien sûr à la charge du vendeur, en l’occurrence le DPE ou diagnostic de performance énergique, le constat des risques d’exposition au plomb ou CREP, l’état des risques et pollutions ou ERP, le diagnostic installation gaz, le diagnostic installation électricité, le diagnostic amiante, et ainsi de suite. Sachant que les frais de diagnostics sont conséquents, le mieux est confié l’ensemble de ces diagnostics obligatoires à un seul et unique diagnostiqueur professionnel. Soyez cependant attentif, car certains des diagnostics obligatoires, comme le DPE, sont à réaliser avant même la mise en vente du bien.

Les frais d’agences

Si vous avez fait appel à une agence immobilière pour réaliser la vente de votre maison et de votre logement et que vous avez signé un contrat exclusif ou simple, les frais d’agences sont eux aussi inévitables. En général, les commissions à prévoir peuvent varier de 3% à 10% du prix de vente du logement selon le cas. Il est juste important de comprendre que plus le montant de la vente est conséquent, plus le taux sera faible, et vice versa. De toute façon, un agent immobilier précise dans le contrat que vous avez signé le montant de l’honoraire que vous lui devrez s’il arrive à dénicher un acheteur.

Les impôts sur les plus-values et les charges de copropriétés

Lorsque vous avez réalisé des plus-values au moment de la vente de votre maison, c’est-à-dire la différence entre le prix d’achat et le prix de revente, il se pourrait que vous soyez redevable à l’impôt sur la plus-value. La taxe sur la plus-value à laquelle vous êtes redevable varie en principe en fonction de la nature de votre bien ainsi que sa durée de détention. Donc, si le bien mis en vente n’est pas votre résidence principale, ou si la durée de détention est moins de 15 ans, ou s’il s’agit d’un investissement locatif ou logement temporaire… vous êtes obligé de payer la taxe sur la plus-value. En outre, si le bien mis en vente appartient à une copropriété, les charges de copropriétés seront bien évidemment à votre charge.